EP ALBUM "C'EST DE L'EAU" : fruit d'une première collaboration Pascal Guillaume/Vince Bilon

POCHETTE EP C EST DE L EAU.jpg

en écoute sur

Apple-Music-logo.png
descarga (1).png
descarga.png
descarga (2).png
Google-Play-Music-New-Logo.png
1200x630wa.png

QUE DE L'EAU

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

Seulement le temps qui passe

Se fige dans la glace C’est bientôt l’hiver
Seulement le silence

Qui me met face à face A l’endroit, à l’envers

C’est de l’eau, que de l’eau Qui descend des paupières
Comme des vagues de la mer QUE DE L’eau ……

Les fenêtres fermées Closes sur les années De sourire
J’ai froid à mon papier Les mots sont des menhirs A écrire

Que de l’eau, que de l’eau Qui coule incandescente
Le long de mes errances, que de l’eau o o o

Dans ce silence de rêve Danse un coléoptère D’ivresse
Il n’y a pas de monde Personne sur la mappemonde Je reste
Accroché aux nuages Comme un pauvre enfant sage En détresse
Demain sera pareil J’irai dans mon sommeil Tristesse

J’imagine en même temps Que s’aiment les amants Debout
Je suis dans un réel Ou j’ai coupé mes ailes A genoux
Mes yeux s’embuent de brume Je regarde la lune Dehors
Et passe les nuages Comme un très long voyage De mort
Et passe les nuages Comme de sombres carcasses De morts
QUE DE L’eau….. 

qui descend des paupières Comme des vagues de la mer

QUE DE L’eau…

Qui descend des paupières Comme des vagues de la mer

que de l’eau ……



 

20200427_120315.jpg
QUE DE L EAU - VERSION GOLDPascal Guillaume/Vince Bilon
00:00 / 04:19
descarga (1).png
Apple-Music-logo.png
descarga.png
descarga (2).png
Google-Play-Music-New-Logo.png

REMIX

VERSION

GOLD

REFUGIES

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

Je dessine à l’aquarelle, ou au couteau
Selon si la vie est belle, ou placébo
Je ne sais jamais comment ça vient
Je stationne abondamment au bout du pinceau
Sur la toile s’invente à demi-mots
Des couleurs pour faire danser les ombres
Des couleurs pour arrêter les monstres

Je pense à ces enfants, qui franchissent des frontières
Des fils barbelés qui entrent dans leurs chairs
Je pense à ces bateaux qui flottent sur la mer
A côté des corps qui ont vécu l’enfer.
Et j’ai honte à notre monde, et j’ai mal qu’on soit si lâches (bis)

Quand je ne dors plus, je ne compte pas les moutons
Mais des réfugiés qui marchent, sueur au front
Sont-ils criminels de vouloir fuir leur pays
Leurs terres, leurs familles, pour venir gagner leur vie
La misère du monde est le meilleur outil
Pour faire du fric immonde, dans les riches paradis

Je pense à ces enfants, qui franchissent des frontières
Des fils barbelés qui entrent dans leurs chairs
Je pense à ces bateaux qui flottent sur la mer
A côté des corps qui ont beaucoup soufferts.
Et j’ai honte à notre monde, et j’ai mal qu’on soit si lâches (bis)

Mais les hommes sont sales, dans leur tour d’ivoire
Mais les hommes sont lâches, quand ils ne veulent rien voir
Nous tuons la terre avec autant d’espoir
De tuer le monde dans nos livres d’histoires
L’homme est ainsi fait il fracasse ses jouets
Petit garçon immense de génie et de souffrances

Je pense à nos enfants, qui franchissent des frontières
Des fils barbelés qui entrent dans leurs chairs
Je pense à ces bateaux qui flottent sur la mer
A côté des corps qui ont vécu l’enfer.
Et j’ai honte à notre monde, et j’ai mal qu’on soit si lâches (bis)
Je déteste les hommes de pouvoir
Je déteste ces hommes de ne pas pouvoir
Et j’ai honte à notre monde, et j’ai mal qu’on soit si lâches (bis)
Et j’ai mal ….

3174456.jpg
f31ef7ee-b27a-4236-8037-1126a7a18b68.png

SILENCE

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

 

Quand la neige tombe dans les branches …silence

Quand le vent souffle sur les mésanges … silence

Quand la terre tourne la haut dans le ciel … personne

Ne fait jamais attention à elle … résonne

Son chant plaintif dans les étoiles

elle nous dit qu'elle va de plus en plus mal

Mais personne ne l’entend

Quand les forêts sont décimées …. Silence

Pour faire plus de pâte à papier …. Silence

Pour construire des meubles pas chers ….. Tout le monde

Achète sans voir la détresse du monde

Comment faire autrement quand on n’a pas d’argent

Pris au piège des puissants qui n’ont qu’un règlement

Faire le plus de profit possible Encore plus si c’est impossible

Quand je m’éveille le matin …. Silence

Avec la tête au creux des mains …. Silence

Il faut remplir la journée étrange

Ce temps qui passe sans se lasser démence

Je marche sans me retourner mes yeux

M’indique le temps qu’il fait pluvieux

Alors pour sortir je mettrai mon manteau

Alors pour sortir sur ma tête un chapeau

 

Moi tu sais j’ai cessé de rêver …. Silence

Quand je vois qui est plébiscité …… silence

Dans cet Amérique qui a su faire rêver

Un autre fasciste vient de prendre les clés

Et même si beaucoup de gens protestent

L’homme rance aux mœurs étranges reste.

Pendant quatre ans leur nouveau président

C’est long quatre ans pour ce président

Quand la pluie gémit dans les branches ….. Silence

Quand la montagne coule ces avalanches….. Silence

Quand les glaciers fondent au Groenland …….. Silence

Quand le ciel devient noir sur la France …… Silence


Quand la neige tombe dans les branches …silence

Quand le vent souffle sur les mésanges … silence

Silence... Silence...Silence... Silence

descarga (2).png
descarga (1).png
Google-Play-Music-New-Logo.png
Apple-Music-logo.png
descarga.png
82098f86-b69f-4ee6-bb03-975c91706ccc.png

POUR LES JOURS A VENIR

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

J’ai jamais pensé en arriver là

Mais qu’est-ce que j’ai fait pour ne pas y être

Chaque jour a passé un nouveau combat

A pris la place de celui d’hier

Le cœur est un rêve de transition

Souvent en action et parfois un leurre

Le cœur est une œuvre de pure émotion

Parfois c’est un don, souvent c’est des pleurs

Alors on dort, le temps que le temps s’étire

Alors on dort, et renaissent les pensées pour écrire

Encore un peu d’amour, et laisser devenir

Encore un peu d’amour, pour les jours à venir.

J’ai encore aujourd’hui une grande tristesse

Celle de me souvenir de gens que j’aime

Mais nous sommes tombés dans un monde de faiblesse

Ceux que j’ai aimés me font l’âme en peine

Le cœur est un rêve de transition

Souvent en action et parfois un leurre

Le cœur est une œuvre de pure émotion

Parfois c’est un don, souvent c’est pas l’heure

Alors on dort, le temps que le temps s’étire

Alors on dort, et renaissent les fleurs pour écrire

Encore un peu d’amour, et laisser devenir

Encore un peu d’amour, pour les jours à venir.

descarga.png
descarga (2).png
descarga (1).png
Google-Play-Music-New-Logo.png
Apple-Music-logo.png

UNE AUTRE FEMME

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

Toi, je t’ai laissé partir sans rien te dire
Tu sais je ne regrette vraiment rien
Il valait mieux en finir
Tous ces mots, ces cris qui font souffrir
Sans qu’on n’ait plus envie de rire
On est vraiment allé trop loin

Je me sens tellement vide à l’intérieur de mon coeur
Je ne peux plus aimer une autre femme
Je suis comme une île perdu jetée dans la mer en couleur
Un orage dans le ciel m’a brisé l’âme
Et ma vie n’a plus de sens
Et ma vie n’a plus d’histoires

Toi, tu as voulu me montrer un chemin
Serrer si fort ma main dans ta main
J’aurais tellement aimé te suivre
Pourtant, mes yeux étaient souvent morts de chagrin
Quand, de toi, je ne comprenais plus rien
Seulement le feu de nos plaisirs

Je me sens tellement vide à l’intérieur de mon coeur
Je ne peux plus aimer une autre femme
Je suis comme un corps perdu au fond de la mer en couleur
Un orage dans le ciel a pris mon âme
Je sens la morsure du soir, et j’ai soudain peur du noir

Je me sens tellement vide à l’intérieur de mon coeur
Je ne peux plus aimer une autre femme
Est-ce qu’un jour je pourrai tuer la douleur
Redonner du soleil à mon âme en pleure

Je me sens tellement vide à l’intérieur de mon coeur
Je ne peux plus aimer une autre femme
Je ne peux plus aimer une autre femme
Je ne peux plus aimer….

 

20200423_152213 (1).jpg
descarga (1).png
Apple-Music-logo.png
descarga.png
descarga (2).png
Google-Play-Music-New-Logo.png
3437051.jpg
descarga (1).png
Apple-Music-logo.png

IN THE SEA

(Pascal Guillaume/Vince Bilon)

 

Etre amphibie

In the sea

Voir des poissons scier la nuit.

Nager sans se dire qu’on s’ennuie

Qu’on se voudrait loin loin d’ici

Remonter le Gulf Stream Avant qu’il se décroche

Ou qu’il nous assassine et puis qu’il nous transforme

En bonhomme de neige

Etre amphibie

In the sea

Bouger sa vie sans anicroche

Fermée les écoutilles aux bruits Des inepties, des gens moches

Bouches cousues des états Des pays civilisés

Sur la famine, les combats Des peuples les plus opprimées

Nos silences Vont les tuer

Etre amphibie

In the sea

Danser avec les hippocampes

Et le temps passe sans souci Sable des mirages, éblouis

Je remonte le Gulf Stream Avant qu’il ne décroche

Ou qu’il nous assassine Et puis qu’il nous transforme

En bonhomme de neige

Etre amphibie

In the sea

Voir des poissons siller la nuit.

Nager sans se dire qu’on s’ennuie

Qu’on se voudrait loin loin d’ici

 

Etre amphibie

In the sea (ad lib)


 

Google-Play-Music-New-Logo.png
descarga (2).png
descarga.png